• Nicolas, Carla, Angela




    Alors qu’elle était plongée en pleine étreinte charnelle avec son mari, Carla Bruni se releva de la peau de bête sur laquelle ils étaient allongés, l’air fâché. « Tu sais comment tu viens de m’appeler ? ». Le président Sarkozy rajusta son caleçon. « Heu… Ma caille ? Ma choupinette ? Pupuce ? ». La belle italienne se renfrogna, jusqu’à se faire une ride sur le front. Après avoir réservé une séance chez son plasticien afin de régler le problème, elle regarda le Président, ses yeux de chat lançant des poignards. « Tu m’as appelé Angela ! C’est la troisième fois cette semaine ! ». Furieuse, elle ouvrit la porte de sa commode, à la recherche d’un manteau à enfiler avant de claquer la porte de l’Elysée. Angela Merkel, cachée entre deux visons, lui adressa un sourire navré. « Madame Bruni, ce n’est pas ce que vous croyez ».

    Le président français et la chancelière allemande passaient tout leur temps ensemble, occupés qu’ils étaient à sauver la zone euro. Pour des raisons de commodité, ils avaient donc emménagé à deux, après avoir signé un Pacs qui leur offrait d’intéressantes réductions d’impôts. Angela Merkel dormait sur un lit de camp, installé dans la salle du conseil des ministres. En temps de crise, la solidarité s’exerçait à plein : Alain Juppé, la découvrant un matin en pyjama, lui avait prêté sa trousse de toilette, en lui précisant qu’il n’avait pas de peigne. Angela Merkel portait depuis lors du Drakkar Noir et avait appris à se raser.

    Sarkozy regarda sa femme.  « Je ne t’ai rien dit car je ne me souvenais pas de ton numéro de téléphone. Comment va notre petit garçon ? ». Carla Bruni l’interrompit. « C’est une fille. Rappelle-toi, tu l’as vue deux fois le mois dernier ». Elle se jeta à son cou. « Nicolas, tu restes mon super-héros ! En sauvant le monde, tu es pour moi comme Batman, sans la tenue de latex, puisqu’elle te ferait ressembler à DSK en soirée coquine. Par contre, il va falloir qu’elle se termine, la crise, que tu puisses enfin rentrer à la maison ! ». Le président baissa la tête et se mit à pleurer. Malgré ses efforts, la France allait perdre son triple A. « Je n’ose même pas appeler mon père Pal, avec un bulletin de notes aussi pourri, il serait capable de m’offrir une de ses peintures pour me punir ». Carla Bruni réfléchit, ce qui eut pour conséquence de lui tailler une seconde ridule. « Pourquoi n’envoies-tu pas Douillet tout défoncer chez Standard & Poor’s ? Si tu lui dis qu’ils cachent des caisses de steaks, il va foncer dans le tas. Ils ne t’embêteront plus avec les notes ! ».

    Le président Sarkozy la contempla, abattu. « Si on perd le triple A, je perds l’élection. Je refile Angela à Hollande et on part en vacances tous les deux. De toutes manières, avec des notes pareilles, je ne vois pas ce que je vais pouvoir faire de ma vie ».


    La chronique de Tanguy Pastureau



    A l'année prochaine. Bon réveillon


     


    « Bonne AnnéeLa galette »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    5
    Vendredi 6 Janvier 2012 à 17:51

    Très belle histoire, mais pourquoi ai-je la sensation que les plus grands cocus de l'histoire, c'est nous... ?

    Je te remercie de ton gentil petit message sur ma Planète et je te souhaite une année 2012 aussi bonne que possible.

    4
    Moïsette Profil de Moïsette
    Mardi 3 Janvier 2012 à 16:07

    @ Didi, bonne année pour toi aussi

    3
    Mardi 3 Janvier 2012 à 12:31

     

    Oulala ! ! Nous allons être censurées toutes les 2 ! Lol ! Je ne vois ta note que maintenant J'espère que tu as passé un bon réveillon Re ... Bonne année Que l'année nouvelle exauce tous tes voeux Gros bisous @

    2
    Moïsette Profil de Moïsette
    Dimanche 1er Janvier 2012 à 11:26

    Bonjour et bonne année qui commence sous la flotte

    1
    papyserge
    Samedi 31 Décembre 2011 à 19:40

    Carla contre Angela ! il y gagne pas au change le niko

    bisous  bon réveillon @+

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :